Crédit immobilier: Quel profil faut-il présenter à sa banque pour obtenir le meilleur taux de crédit


Crédit immobilier: Quel profil faut-il présenter à sa banque pour obtenir le meilleur taux de crédit.


Pour emprunter au meilleur taux de crédit, il vaut mieux être jeune et avec une belle situation évolutive.

Sinon, il va falloir prouver à votre banquier que l’on sera un emprunteur idéal.




Jeune trentenaire avec des revenus substantiels et avec des comptes en banque déjà bien garnis.

C’est le profil idéal pour taper dans l’œil des banquiers, le profil d’un emprunteur idéal.


Toutes les banques recherchent le même type de clients tout du moins lorsque l’on parle de crédit immobilier et ceux qui vous disent le contraire, vous mentent tout simplement.


Rassurez-vous, même si vous ne correspondez pas exactement à cette description vous aurez accès à une offre pour votre projet immobilier mais sans doute avec des conditions moins favorables.


« Les banques recherchent en priorité des jeunes, entre 25 et 35 ans. Elles peuvent leur accorder des décotes de 0,10 % à 0,15 % sur leur barème de taux pour les convaincre, dès lors que leurs revenus mensuels sont significatifs, à partir de 3 500 euros à deux »

, indique Cécile Roquelaure, directrice des études du courtier en crédit Empruntis.


Cette réduction de taux peut vous paraître faible en termes de taux mais cela se traduit le plus souvent par plusieurs milliers d’euros à ne pas verser au terme du remboursement du crédit.

Et c’est toujours le cas, même malgré une tendance des taux très bas du marché actuel.


Pour vous illustrer cet avantage, lors d’un crédit de 200 000 euros sur vingt ans, le coût total du crédit sera amputé de 5 500 euros si le taux du crédit initialement à 1,50 % passe à 1,25 %.


Alors pourquoi un tel potentiel de rentabilité


L’attrait des banques pour les jeunes emprunteurs n’est pas difficile à comprendre : cette tranche de la population est pour elles un fort potentiel de rentabilité.

En effet, les banques comptent sur le fait de pouvoir, sur la durée de la relation bancaire, proposer leurs services comme par exemple des assurances (automobiles, assurance logement), mais aussi des placements bancaires.


« Depuis début 2017, les établissements proposent des crédits à vingt-cinq ans à des taux à peine supérieurs à ceux sur vingt ans : il s’agit clairement d’attirer des primo-accédants »

, souligne Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com.


La cible est donc des primo-accédants qui ont rarement beaucoup d’apport pour leur premier projet immobilier.


Les banques souhaitent attirer aussi les professions à fort potentiel d’évolution comme les jeunes ingénieurs ou les professions libérales avec pour vision l’espoir de récupérer leur compte personnel et/ou leur compte professionnel.


« Certains établissements se sont mis assez récemment au crédit immobilier. En phase de constitution de clientèle sur ce produit, ils se distinguent par des taux attractifs, y compris pour les emprunteurs sans apport »

, précise Cécile Roquelaure de chez Empruntis.


Toutefois, dans la plupart des établissements bancaires, un apport sur le projet immobilier correspondant à environ 10 % du prix de l’achat est souhaitable ou demandé notamment pour couvrir les frais d’acte, les honoraires du notaire et les frais engendrés par la prise de garantie.

Avec cet apport, il est bien plus aisé d’obtenir des conditions plus favorables.


Les professions libérales sont largement plébiscitées par les banques quand elles peuvent avoir un recul sur l’activité d’au moins trois ans.