Comment débloquer de la trésorerie pour son entreprise ?

Dans la vie d’une entreprise, il est parfois indispensable de générer de la trésorerie rapidement pour faire face à un surcroît d’activité par exemple ou pour simplement amplifier le développement de son entreprise.

Convaincre un spécialiste du financement professionnel peut être assez compliqué si d’une part on n’est pas forcément un professionnel de la négociation bancaire ou que sa gestion d’entreprise n’est pas aussi carrée qu’elle devrait l’être.

Des solutions alternatives peuvent être mise en place comme par exemple le lease-back ou lease-back immobilier ?

 

Qu’est-ce que le lease-back immobilier ?

 

Le lease-back immobilier désigne l’opération que réalise une entreprise qui est propriétaire d’un bien à usage professionnel et qui le cède à une entreprise de crédit-bail.

Ce même bien est remis immédiatement à disposition de l’entreprise cédante (le crédit-preneur).

 

La société de crédit-bail (le crédit-bailleur) mettant en place un contrat de location.

En échange de cette vente, les fonds appartenant à la société sont ainsi transférés en trésorerie pour l’entreprise.

 

A qui est réservé le lease-back immobilier ?

 

Le lease-back immobilier est comme son nom l’indique réservé aux entreprises propriétaires de biens immobiliers à usage professionnel.

 

Pour les autres entreprises qui n’ont pas de biens immobiliers à usage professionnel, il y a d’autres solutions comme du leasing sur du matériel lourd (ou moins lourd) de production ou d’exploitation.

L’entreprise souhaitant bénéficier de ce dispositif doit aussi être en bonne santé financière, garantissant ainsi sa capacité à rembourser le loyer engendré par le leasing.

Le grand avantage de ce dispositif est qu’il est accessible à toutes entreprises qui remplissent les conditions ci-dessous, peu importe le secteur d’activité ou la taille de l’entreprise.

 

Les conditions du lease-back

 

Comme tout leasing, les contrats de lease-back immobilier sont généralement mis en place sur des durées assez courtes. Ils peuvent s’étaler sur des périodes comprises entre 7 et 15 ans en fonction des biens mis en balance.

 

En fin de leasing, le contrat mis en place lors de l’achat et de la mise en location prévoit une option d’achat.

Ce contrat définit le prix de rachat en fin de période mais le rachat du plan est aussi possible au cours du contrat, selon les modalités prévues.

 

Comme déjà évoqué, le lease-back immobilier peut concerner un bien immobilier mais pas que.

Les biens mobiliers ou d’exploitation peuvent aussi être concernés par ce type de financement atypique.

 

Qu’espérer du lease-back immobilier en termes de montant ?

 

En général, dans les opérations de ventes suivies de leasing du bien (au sens large), la valeur est fixée sur le prix du marché.

En fonction du type d’opération, une quotité de 70% est assez souvent retenue. Cette quotité est validée, par un cabinet d’experts spécialisés, en fonction de la valeur du bien sur le marché.

En règle générale, la valeur de rachat au terme du contrat de location ou leasing est fixée à 1€ le plus souvent.

Donc en fin de contrat, l’ancien propriétaire redevient propriétaire relativement facilement.

En cas de rachat anticipé, c’est la valeur de cession qui est généralement retenue.

 

Quel est le coût d’une telle opération ?

 

Le loyer annuel de départ est généralement fixé aux alentours de 8 à 11 % du montant de la cession.

 

Ce loyer peut aussi varié en fonction de l’implantation géographique du bien, mais aussi du type de matériel ou encore du type de bien sur lequel porte le contrat.

Le critère de vétusté est aussi pris en compte.

 

Pourquoi une entreprise peut ou doit utiliser le lease-back ?

 

Les raisons pour lesquelles une entreprise recourt au lease-back sont différentes d’une entreprise à une autre mais les raisons principales sont :

  • De pouvoir répondre rapidement à un besoin de liquidités ponctuel

  • Améliorer la trésorerie de l’entreprise à moyen ou à long terme;

  • Rééquilibrer le bilan en trésorerie

  • Permettre le financement de nouveaux projets pour le développement sans avoir recours à un financement externe (travaux de rénovation ou d’extension, développer de l’activité, investir dans du matériel pour l’entreprise ou la recherche,…).

  • Réduire l’endettement

  • Ne plus être propriétaire en jouissant toutefois du bien, avec des charges locatives fixes tout au long du contrat, le marché de l’immobilier n’influençant pas le contrat signé.

  • Avoir une stratégie de gestion d’entreprise optimisée et optimiser sa fiscalité.

Les sommes versées dans le cadre d’un crédit-bail sont déductibles du résultat imposable. (Exception faite des contrats établis avant 1996 dont le prix de la levée de l'option est inférieur au coût du terrain acheté par le bailleur).